Fille/Garçon – le poids des normes

Ce soir j’ai envie de vous parler du poids des normes imposées par notre société.

Vous savez ces normes qui nous disent qu’un garçon ne doit pas pleurer, doit jouer à la bagarre, aux indiens ou aux policiers, que les petites voitures et les établis de bricolage sont pour eux. Ou encore qu’une fille doit jouer à la poupée, à la princesse, à la dînette , et que les petites filles ça doit être sage.

Ces normes qui ont créé petit à petit des répliques du style: « pleurer comme une fille », « etre un garçon manqué », « courir comme une fille » qui en plus ont des connotations sexistes pour certaines et rabaissantes.

« L’histoire de l’humanité devient de plus en plus une course entre l’éducation et la catastrophe. »

H.G.Wells

Lorsque je travaillais en crèche, on nous demandait de plus en plus de travailler autour de cette problématique avec nos équipes. Analyser nos conditionnements, repérer nos automatismes, réfléchir sur ce que l’on pouvait induire à l’enfant inconsciemment, avec nos mots ou nos attitudes.

Ce travail de réflexion était impulsé par le gouvernement, les politiques, face aux différentes études affligeantes mettant en avant que statistiquement les filles réussissaient mieux à l’école que les garçons car on disait beaucoup plus aux filles qu’elles étaient intelligentes, les garçons étaient meilleurs en sport etc…

Mais ça va encore plus loin! Ils ont aussi remarqué que le regard posé sur l’autre sexe influençait la façon de se comporter avec cet autre. Et non pas que je veuille me la jouer féministe, mais…. Les femmes, particulièrement, en ont beaucoup souffert et en souffre encore, en témoigne la différence salariale pour un même poste par exemple (bah oui les filles étaient meilleures à l’école mais pour ce qui est de gérer de grosses affaires, là les hommes ont plus la « carrure » pour ces responsabilités là). Il y a également le souhait de faire diminuer le sexisme, les violences conjugales, les agressions sexuelles, l’homophobie … Et pour cela, hey bien ça commence au berceau!!

Honnêtement, observer autour de vous, écoutez-vous parler à vos enfants, regarder d’un nouvel œil les rayons jouets et leurs codes couleurs, repérer toutes ces petites choses anodines, même dans la littérature infantile, « maman fait le ménage, papa rentre du travail »…

Je vais même vous témoigner de ma propre expérience avec mon fils. Je m’étais promise que s’il aimait le rose, ce ne serait pas grave, s’il voulait essayer mes chaussures à talon, ce ne serait pas grave, s’il voulait piquer mon maquillage, ce ne serait pas grave. Et puis bein… Ce fameux poid des normes bien encré dans mon subconscient. Voilà que ces détails là je les gérais pas trop mal tout comme le fait que « oui mon fils tu as le droit de pleurer quand tu as mal, que tu es triste ou que tu te sens incompris ». Mais c’était sans compter sur mon ennemie aujourd’hui: LA REINE DES NEIGES!!!! Qui a balayé d’un revers de main toutes mes convictions et ma détermination à ne pas céder aux normes!!! Et je me suis sentie vraiment contrariée au fond de moi que mon fils soit doté d’un radar à tout ce qui attrait à la reine des neiges: les pantoufles, les maillots de bain, les robes, les faux cheveux blonds, les sacs à dos, les lits carrosses avec parure reine des neige, rose, turquoise pailletée, etc… Et là j’ai sentie des court-circuits dans mes neurones. Et je me suis surprise à adopter des attitudes que je m’étais promise de ne jamais avoir tout en me mordant la langue pour ne pas lui dire « arrête, c’est pour les filles »…

De quoi ai-je peur au fond??? Qu’il ne soit pas un « vrai homme » plus tard? Qu’il manque de « virilité »? Qu’il « devienne » homosexuel?? D’où sortent ces jugements??? Grrrr je vous assure que je m’en veux… Maiiiis au final, la société fait ça très bien à notre place. Mon fils a commencé à me dire « ça c’est pour les filles ». Pas plus tard que ce soir, un coffret déguisement reine des neiges avec des chaussures à talonnette turquoises à paillette qu’il court enfiler à son pied tout en observant ma réaction. Je lui ai sourit et de lui même, il m’a répété cette phrase « c’est pour les filles » en la reposant…

Mon fils découvre ses goûts, ce qui l’attire, ce qui l’enthousiasme, qui suis-je pour lui dire ce qu’il doit aimer ou ne pas aimer, être ou ne pas être… Ce n’est pas ça l’éducation.

Notre rôle, selon moi, est d’accompagner nos enfants à affirmer ce qui les caractérise au plus profond d’eux-même, de les aider à développer leur estime de soi et qu’ainsi ils soient heureux d’être qui ils sont, au travers un amour inconditionnel.

Combien d’adulte cherche leur place, sont mal dans leur peau, pète un cable et plaque tout… Franchement….

C’est nous qui faisons la société. Et nos enfants, celle de demain…

——————————

AU SEIN DU COLLECTIF SOL & MANI, CAROLINE VOUS ACCOMPAGNE AVEC VOTRE NOUVEAU-NÉ APRÈS LA NAISSANCE ET TOUT AU LONG DE VOTRE CHEMIN DE PARENTALITÉ EN TANT QU’INFIRMIÈRE – PUÉRICULTRICE DIPLOMÉE D’ETAT & FORMATRICE PETITE ENFANCE . PLUS D’INFOS ICI.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s