La place de l’empathie dans l’éducation

Je m’attaque aujourd’hui a une thématique qui me tient à cœur dans mon quotidien de puéricultrice, mais aussi de maman: l’empathie.

« L’empathie c’est voir avec les yeux de l’autre, écouter avec les oreilles de l’autre et ressentir avec le coeur de l’autre. »

Lorsque bébé prend de l’âge, celui-ci va découvrir de nouvelles capacités sensori-motrices, apprendre à distinguer ses goûts de mieux en mieux , va entrer en relation avec son entourage; volontairement ou malgré lui parfois, communiquer. Il va manifester ses envies et non envies, de plus en plus explicitement. Bref, il grandit et s’affirme d’avantage chaque jour…

Ces phases d’évolution, normales et saines du point de vue construction psychique, ne sont pas sans tumultes pour les parents.

La peur de « l’enfant roi » est assez présente de nos jours… Alors on veut serrer la visse dès le départ, ne pas se laisser submerger, envahir, dépasser, on veut que notre enfant ne prenne pas le dessus sur nous ou soit dans la toute puissance… Mais comment réagir? Quelles limites poser?

Je n’ai pas la prétention de dire ni même penser que j’ai des réponses claires et précises à ces questions. Par contre, vous sensibiliser aux notions que je vais aborder ici pourrait vous faire voir les choses d’un œil nouveau, ce qui pourrait faire émerger en vous une façon d’aborder la situation sous un angle encore inexploré…

Arrêtons de tout voir comme « des bêtises »

L’enfant EXPERIMENTE en permanence. Ni plus ni moins.  TOUT est découverte et apprentissage pour lui. Il appréhende le monde qui l’entoure par toutes ses expériences, grâce à ses 5 sens. Bien entendu cela ne signifie pas tout accepter et laisser faire, hein 😉 Mais changeons déjà notre discours disant de notre enfant « qu’il ne fait que des bêtises » par « mon enfant est un créateur, un explorateur, un aventurier ». Car pendant que l’un sous-entend qu’il nous exaspère, l’autre fait preuve d’avantage d’empathie, d’admiration, de respect même… Aussi, notre façon d’intervenir sera forcément influencée par ce que l’on pense de notre enfant à l’instant T…

Acceptons de nous adapter un peu plus à son rythme à lui

Respectons son rythme, au moins les 3 premières années selon moi, plutôt que de lui demander de s’adapter au nôtre tout le temps. L’enfant s’adapte déjà à tellement de choses que l’on ne voit pas forcément: la contrainte de temps avec les « Dépêche-toi ! » alors qu’il n’a pas acquis la notion de temps, les règles sociales, la réprimande de l’expression des émotions jugées comme négatives (colère, frustration, déception,..), les « fais pas ci, fais pas ça, arrête! ». En plus de tous ses apprentissages en parallèle (et de 0 à 3 ans, qu’est-ce qu’il y en a!!)… LEVEZ le pied, prenez le temps, laissez-le finir ce qu’il a entreprit, encouragez-le à faire par lui-même et proposez lui votre aide s’il le souhaite, prévoyez des temps calmes, des temps de repos dans votre journée, des moments de complicité, LACHEZ PRISE sur le timing à respecter que vous vous imposez à vous-même et à lui.

Faites de la qualité de la relation votre priorité

Cela ne veut pas dire de céder à chaque demande ou envie qu’il manifeste. Cela signifie que lorsque vous êtes avec lui, SOYEZ entièrement avec lui, disponible, présent. Reconnectez-vous avec l’enfant que vous étiez, et…JOUEZ ensemble! Même si ce n’est que 15 minutes…

Stop aux injonctions, aux ordres, et même à l’autoritarisme

Lorsque vous estimez qu’une limite est atteinte, dites-le lui comme vous le diriez à un ami que vous aimez et respectez. Accepteriez-vous que l’on vous dises « reste là », « ne bouge pas », « tais toi », « ne touche pas » à chaque fois que vous êtes attiré par quelque chose, à chaque fois qu’une énergie folle traverse votre corps, à chaque fois que vous avez besoin de dire ce que vous avez sur le cœur? Certes, ils ont une manière bien à eux d’exprimer tout ça, mais est-ce moins valable pour autant? C’est le risque que peut renvoyer les injonctions…

Arrêtons de voir de la provocation partout

Il ne calcule rien contre nous, il n’est pas rebelle, il suit ce que son instinct le pousse à faire uniquement. Il ne cherche qu’à répondre à ses besoins au moment où il le ressent. Le développement de son cerveau est ainsi fait, il est régie par les lois de l’impulsivité et de la spontanéité. L’enfant a sa propre logique, qui n’est pas la nôtre en tant qu’adulte. Il ne nous fait pas répéter les consignes, les règles, les interdits juste par plaisir de nous énerver. Il le fait parce qu’il a en a besoin. Il cherche à comprendre la logique du monde qui l’entoure. Il vérifie que les règles sont fiables et pérennes pour pouvoir ensuite les intégrer. A nous d’être au clair sur les interdits et de ne pas changer d’avis en fonction de nos humeurs…;)

Il y a long a dire sur ce sujet, et ce sera très certainement l’objet de prochains posts. Mais pour le 1er à ce sujet, s’il y a bien un conseil que je voudrais vous faire donner, c’est:

METTEZ-VOUS à la place de votre enfant, TRAITEZ-LE comme vous voudriez que l’on vous traite, tout en gardant à l’esprit qu’il n’est pas un adulte en miniature.

Il a ses propres lois mais il est avant tout un être humain qui a besoin plus que tout de votre amour, votre respect, et de votre bienveillance pour apprendre tout ce qu’il a à apprendre…

——————————

AU SEIN DU COLLECTIF SOL & MANI, CAROLINE VOUS ACCOMPAGNE AVEC VOTRE NOUVEAU-NÉ APRÈS LA NAISSANCE ET TOUT AU LONG DE VOTRE CHEMIN DE PARENTALITÉ EN TANT QU’INFIRMIÈRE – PUÉRICULTRICE DIPLOMÉE D’ETAT & FORMATRICE PETITE ENFANCE . PLUS D’INFOS ICI.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s